Fin de l’Assistance Technique au programme d’Appui à la Réforme du Secteur de la Justice

L’Assistance Technique au PARJU (programme d’appui à la réforme du secteur de la justice) conduite par le cabinet B&S Europe en République de Guinée, a pris fin. A cet effet, un atelier de capitalisation des acquis a été organisé le 22 février, à Conakry. Une centaine de magistrats, auxiliaires de justice et activistes de la société civile ont pris part à cet atelier.

Mis en œuvre avec un budget de 20 millions d’euros, le PARJU a contribué à améliorer la gouvernance dans le secteur de la justice, la lutte contre l’impunité des violations des droits de l’Homme, par la mise en place d’une justice indépendante, efficace, impartiale et plus humaine, apte à rapprocher la justice des justiciables et entamer la réforme du système pénitentiaire.

Le PARJU a pour objectif global d’appuyer les efforts du gouvernement guinéen en matière de consolidation de l’État de droit, de gouvernance, de promotion des principes démocratiques et de respect des droits humains, en particulier dans le domaine de la Justice et de la lutte contre l’impunité.

Au niveau des juridictions, le programme a pour objectif d’améliorer leur gestion (budgétaire, financière, administrative) ainsi que leur qualité et leur efficacité dans le traitement des dossiers sans oublier les infrastructures qui les abritent qui seront également modernisées.

Le programme soutient par ailleurs des activités de l’Agence Nationale de lutte contre la Corruption et de promotion de la bonne gouvernance et des organisations de la société civile qui visent le respect des Droits de l’Homme, en milieu carcéral, la lutte contre l’impunité, l’amélioration de l’accès à la justice par le justiciable à travers l’assistance légale et la vulgarisation des textes.

Les actions menées dans le cadre du PARJU, à travers la gestion des fonds (régie publique), l’expertise technique (Assistance Technique au PARJU) et par les projets de la société civile (subventions) visent ainsi à appuyer le Ministère de la Justice dans la mise en œuvre de son plan national de réforme sur trois axes principaux. A savoir : la mise en place d’un cadre structurel pour une justice indépendante et plus efficace ;la mise en place d’un service public de la justice accessible et fonctionnel et la définition de la réforme du système pénitentiaire et l’amorce de sa mise en œuvre.

Pour atteindre cet objectif, le PARJU a contribué à l’appui au renforcement de l’organisation et du fonctionnement de l’administration centrale du Ministère de la Justice, du Conseil Supérieur de la Magistrature et de l’Agence Nationale de la Lutte contre la Corruption et de la promotion de la bonne gouvernance. Sans oublier l’amélioration du cadre Normatif, l’accompagnement du Centre de Formation Judiciaire pour le recrutement et la formation, l’appui aux juridictions et l’amélioration de l’accès à la justice. Et surtout la définition et l’appui à la mise en œuvre de la réforme du système pénitentiaire à travers l’amélioration des conditions de détention et celle des infrastructures et équipements.

L’atelier de ce vendredi 22 février 2019 qui s’inscrit dans le cadre de la clôture de l’Assistance Technique du PARJU financé par l’Union Européenne dans le cadre du dixième FED (fonds européen de développement) a été une opportunité pour les experts de présenter ces acquis aux autorités contractantes que sont : la Délégation de l’Union Européenne en Guinée, l’Ordonnateur national du FED et le Ministère de la Justice. Mais aussi et surtout aux bénéficiaires et membres des organisations de la société civile œuvrant dans la protection des Droits de l’Homme.

Dans son discours de bienvenue, le Directeur Exécutif du programme de Réforme de la Justice, Mamadouba Kéita s’est félicité des résultats obtenus, avant de solliciter la poursuite de l’appui des partenaires techniques et financiers à la réforme de la justice guinéenne.

Représentant le chef d’équipe du consortium mené par le cabinet B&S Europe, Monsieur Ndiaye, Madame Flaure Lucio a, pour sa part, remercié le Ministère de la Justice et tous ceux qui contribué à l’atteinte des objectifs cités plus haut.

Au nom de l’Ambassadeur de l’Union Européenne en Guinée, la Chef d’équipe gouvernance de la Délégation de l’Union Européenne en Guinée, Jurate Smalskyte, a magnifié les résultats obtenus. Elle a surtout salué l’appui du programme à l’organisation des audiences criminelles à travers le pays. Sans oublier d’inviter les acteurs de la justice guinéenne à la consolidation des acquis du Programme.

La ministre de la Coopération et de l’Intégration africaine, Ordonnatrice du FED, Diéné Kéita, s’est également félicité des avancés de la réforme du secteur de la justice. Sans oublier d’encourager les uns et les autres au renforcement de la transparence dans la gestion des acquis.

Dans son discours d’ouverture des travaux de l’atelier, le Ministre de la Justice a exprimé toute sa joie d’être présent à cette rencontre de capitalisation des acquis du programme d’appui à la réforme du secteur de la justice. Rappelant que cette rencontre intervient à un moment décisif du projet, Maître Cheick Sako a tenu à faire savoir que la réforme de la justice devra se poursuivre au-delà de 2024, date butoir du programme en cours. Il s’est également félicité des résultats qui ont favorisé la transformation d’un certain nombre de justice de paix en tribunaux de première instance.